Cecilia Coquillat 


Ma mère est née en Algérie
Quoi de mieux que se tortiller grâce à Niagara de bon matin ?
Appréhender l’équipe, la dépêche et Corse matin comme un registre à part entière.
Réfléchir en s’éparpillant.
Mon père travaille dans les nuages et notre nom mediterrannéen est Peroni.
La voix grave de la contrebasse qui annonce le diable
Le rebord de fenêtre à rencontres.
Le collectif d’abord avec le cirque
Le collectif tous les jours depuis être revenue à Toulouse
Des années pour songer que c’est dommage de n’avoir pas eu carte blanche dans l’apprentissage.
Faire son propre apprentissage.
Les herbiers et les collections
Ma soeur jumelle de 4,5 ans d’écart <3
des salles de cinéma vides tout sauf de sens
Des lieux terribles des rencontres extras des jeux de hasard 
Des gangs brigades d’amour
des pas le long des rails à 2 pour essayer de se dérouter dans nos têtes
merci le théâtre du hangar pour l’approche des mots
merci les ateliers de modèle vivant pour le temps à penser à poil
Parler avec les mains
Apprendre des langues pour communiquer avec des gens dont on porte l’amour
avoir des yeux pour regarder et des faussettes pour troquer les idées
songer que c’est grave que quand c’est grave
et l’immense joie de pouvoir écrire ce que je veux là tout le temps partout en souterrain avec celles et ceux qui ont envie aussi
avec les racines de la campagne passée
et les vieux
la douceur des communautés qui s’agrandissent et se déforment
et les bonnes marrades en guise de compagne.




Formée et déformée à

école maternelle de Mons 1993/1995 = la république dans la république <3
puis inutile de spécifier
puis conservatoire de Toulouse
université Mirail
Théâtre du Hangar <3 (surtout)
université Sorbonne Nouvelle
conservatoire 16ème
conservatoire Val Maubuée de Noisiel <3


Mon école de la vie :
Collectif Chapacans <3